Voir toutes les oeuvres
«L'art doit être nouveau et provoquer un choc», voilà ce qu'écrivit l'artiste conceptuel français Ben. Celui dont tous les écoliers reconnaissent le tracé pâteux d'écriture manuscrite, pour avoir été choisi par la marque de papeterie Quo Vadis, fut surtout une personnalité déterminante de l'art du XXe siècle.

Né en 1935 à Naples, Ben passe son enfance dans diverses contrées : Smyrne (Turquie), Alexandrie (Egypte) et Lausanne. En 1949, sa famille s'établit à Nice, et Ben découvre la terre occitane qui le retiendra toute sa vie, où il vit et travaille actuellement. De 1958 à 1973, il y dirige un magasin de disques d'occasion, surnommé «le dépôt», dont il affuble la devanture d'objets hétéroclites accumulés en tous sens et aménage l'intérieur avec extravagance. C'est notamment dans cette boutique qui fit sensation et sur son trottoir que se retrouvèrent les membres qui composèrent « l'école de Nice» : Martial Raysse, César, Arman, Sacha Sosno... Le 1er étage du magasin sera également l'espace du «Laboratoire 32», lieu de sa première exposition individuelle intitulée «Rien et tout». Sous l'influence d'Yves Klein dont il est très proche, il est séduit par le mouvement des Nouveaux Réalistes et l'esthétique de rupture de Marcel Duchamp (notamment les «Readymades»). Ben développe progressivement une oeuvre singulière fondée sur le mot, la pensée et l'écriture.

Prenant au mot l'idée qu'une oeuvre d'art ne peut être uniquement identifiée par la griffe de l'artiste, Ben signe tout ce qui lui tombe entre les mains jusqu'en 1962, signant également les oeuvres d'autres artistes et son propre corps. «Je cherche systématiquement à signer ce qui ne l'a pas été. Je crois que l'art est dans l'intention et qu'il suffit de signer.» Ben définit d'ailleurs son art comme un art d'appropriation. Cette action se termine finalement par une déclaration par laquelle il affirme désormais ne plus rien vouloir signer. De 1962 à 1970, Ben s'investit artistiquement au sein du mouvement Fluxus, aux côtés d'artistes tels que John Cage, Joseph Beuys, Nam June Paik, Robert Filiou, ou Daniel Spoerri, participant à de nombreuses manifestations publiques et festivals internationaux. Par son rejet systématique des institutions et de la notion d'oeuvre d'art, Fluxus avait pour objectif d'établir un lien solide et durable entre l'art et la vie. L'artiste alors bien établi devient le mentor de la jeune "Figuration libre" à qui il donne également ce nom dans un article destiné à la revue "Flash Art" en 1981. La période qui suit est marquée par la création de tableaux en acrylique sur lesquels Ben combine son écriture et des éléments de bandes dessinées. Les années 1990 sont denses, marquées par la production de la série des «totems» et des «Oiseaux», réalisées à partir des matériaux les plus divers et de supports les plus singuliers.

Parallèlement à son oeuvre plastique, Ben développe une activité littéraire dense. En 1959, il fonde la revue "Ben Dieu". Poète à ses heures, il publie de plusieurs recueils dans l'esprit de la «Beat Generation», mais également de nombreux textes au sein du groupe Fluxus.

Aujourd'hui, l'artiste est présent dans de nombreuses expositions aussi bien en France qu'à l'étranger tandis que plusieurs rétrospectives témoignent du succès qu'il connaît.

Influences

Bande dessinée
Beat Generation
Ecole de Nice
Mouvement Fluxus
Marcel Duchamp
Dadaïsme
Nouveau Réalisme

Oeuvres principales

  • Autant en Emporte le Vent (L'Art)

expositions

  • 2013
    La Fondation du Doute, Blois, France
  • 2012
    Musée de Louviers, Louviers, France
  • 2012
    Villa Arson, Nice, France
  • 2010
    Musée d'art contemporain, Lyon, France
  • 2010
    Château de Malbrouck, Manderen, France
fermer
Une question sur cette oeuvre, son prix ? Nous vous contacterons dans les plus brefs délais.
Merci
Votre demande à bien été prise en compte.
fermer
S'inscrire à la newsletter
Merci
Votre inscription à bien été prise en compte.
?
fermer
suivant
précédent